Le bioéthanol, une alternative viable aux énergies fossiles

En 2019, Albioma a mis en service une centrale de pointe à Saint-Pierre pour sécuriser le réseau réunionnais au moment notamment des pics de consommation. Cette turbine à combustion est la première au monde à fonctionner au bioéthanol… Mais qu’entend-on exactement par « bioéthanol » ? D’où provient-il ? Et pourquoi le Groupe a-t-il fait le choix de ce combustible ?

Un combustible liquide au bilan carbone neutre

Le bioéthanol est un combustible issu de la fermentation naturelle de végétaux contenant du saccharose ou de l’amidon. C’est un alcool produit principalement à partir de betteraves et de blé en France métropolitaine, de maïs aux États-Unis et de canne à sucre à La Réunion. À Saint-Pierre, le bioéthanol utilisé pour alimenter la centrale est par exemple dérivé de la mélasse, un sous-produit de la canne à sucre entrant dans la fabrication du rhum. En brûlant, ce combustible liquide émet des dégagements gazeux dont la pression met en mouvement la turbine qui, reliée à un alternateur, permet de transformer l’énergie mécanique en électricité.

 

Un combustible excédentaire produit localement

Avec une puissance de 41 MW, la turbine à combustion de Saint-Pierre a besoin de 3 500 m3 de bioéthanol pour environ 250 heures de fonctionnement annuel. Pour l’alimenter, Albioma mise avant tout sur un approvisionnement local. Ses principaux fournisseurs sont des distilleries réunionnaises qui utilisent du bioéthanol – obtenu à partir de canne à sucre – pour produire du rhum. Cependant, la fabrication de rhum étant soumise à des quotas, les distilleries se retrouvent avec des surplus de bioéthanol. D’où la mise en œuvre d’un partenariat avec Albioma pour valoriser cette ressource locale excédentaire dans la centrale de Saint-Pierre. Le bioéthanol trouve ainsi un nouveau débouché permettant d’accélérer la transition énergétique à La Réunion, en lien avec la stratégie du Groupe en matière de développement durable !

En savoir plus